Le club

HISTOIRE DU CLUB

Le club handball de MARSANNAY est une section du CERCLE LAIQUE MARSANNAY, association loi de 1901 créée en 1968. La section handball est née en 1970 de la volonté de Maurice AUPETITALLOT, maire adjoint chargé des sports de l’époque et cadre de la société HOOVER. Ce détail n’est pas sans conséquence car c’est l’équipe corporative de cette entreprise qui fut la base de la première équipe masculine du club.

Le club prit son rythme de croisière avec une évolution rapide des effectifs sous l’impulsion de quelques instituteurs qui s’investirent notamment au niveau des équipes de jeunes et de l’école de hand. Il est vrai qu’en 1970 l’évolution démographique de la Commune de MARSANNAY-LA-COTE était très forte suite à la construction du lotissement de la Champagne Haute (1.100 pavillons) qui vit en quelques années la population passer de 2.500 habitants à près de 8.000. C’est dire si les besoins en animation furent importants. D’ailleurs, aujourd’hui encore, le nombre d’association est élevé dans la ville qui en compte plus de soixante. Cette prolifération, même si elle est profitable à la vie sociale de MARSANNAY, n’en comporte pas moins des inconvénients dans la mesure où, la population ayant désormais baissé (5.240 habitants), les clubs ont du mal à recruter. Aujourd’hui, le club a une réputation qui a largement dépassé les limites de la commune et l’effectif provient de tout le Grand Dijon.

La période 1970 – 1995

Sportivement parlant, le club a progressé régulièrement dans la hiérarchie régionale puisque son équipe Première n’a connu qu’une seule descente en 1985 de Pré-fédérale en Excellence. Elle n’y est restée qu’une année et après avoir conquis le titre de Champion de Bourgogne est remonté aussitôt. Les équipes de jeunes ont remporté de nombreux titres départementaux et régionaux lors des premières saisons surtout. Par la suite, la concurrence des grands clubs dijonnais et voisins est venue contrarier la volonté des dirigeants locaux et entraver la progression du club.

Petit à petit, le club s’est donné des moyens nouveaux pour asseoir sa structure, aidé en cela, il est vrai, par la Ville de Marsannay qui nous suit bien avec des subventions adaptées et toujours en augmentation : indemnisation des entraîneurs, création de la commission technique, formation des arbitres, etc. …

De tout temps, le club a su organiser diverses manifestations en vue de conforter ses finances avec plus ou moins de réussite, mais a démontré son dynamisme et sa volonté de réussir :
Finale de la Coupe de Bourgogne entre le CSLD et la SE BEAUNE en 1977
Dixième anniversaire du club avec GAGNY en 1981
Trois jours à MARSANNAY avec le SMUC en 1983
Visite de ZELEZNICAR de NIS en Yougoslavie en 1984
Réception de LODZ / Pologne en 1987
Match DUKLA PRAGUE / GAGNY en 1990 pour les 20 ans
1° Salon des Oiseaux en 1992
FRANCE / ALLEMAGNE en Juniors en 1993
Venue de ST PETERSBOURG en 1993
Naissance du Salon annuel ARTISSIMO
L’Equipe de France masculine en stage en 1997
L’équipe de France féminine en stage en 1998
2° Salon des Oiseaux en 1998
Concours national d’Agility en 1999
3ème Salon des Oiseaux en 2001
Finalités des Championnats de France < 18 ans en 2006

Et puis, les dirigeants du club décidèrent de franchir le pas et œuvrer ensemble pour l’accession en Nationale III. L’arrivée de Michel PERON fut le point de départ de l’aventure. Des nouveaux joueurs chevronnés arrivèrent dans l’équipe. Ils permirent aux jeunes du club de travailler dans un autre esprit et avec d’autres valeurs. Le club se donna aussi des moyens nouveaux avec un encadrement technique de qualité autour de ses équipes de jeunes. Les finances furent améliorées et un contrat moral passé à la Ville de Marsannay.

Au bout de deux années de Préfédérale, l’équipe du CLM connaît enfin en 1995 la consécration et rejoint l’élite bourguignonne en Championnat de France.

La période 1995 à aujourd’hui.

Les débuts sont fracassants puisque à la fin de sa première saison, l’équipe termine à la seconde place officielle de la poule et, dès la saison suivante, elle occupe la première place du championnat lui offrant du coup l’accession en Nationale 2 même elle s’incline en quart de finale dans la course au titre de Champion de France devant l’équipe d’ANTIBES.

La première saison en N.2 sous la conduite de Philippe MOREAUX est laborieuse, signe d’un autre niveau mais le maintien est assuré. En 1998, l’équipe Première change de visage et de style avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur Faiçal KIOUR et d’un certain nombre de joueurs dont plusieurs sous contrat. En effet, tournant de son histoire, le club adopte le statut promotionnel. Les sponsors se font de plus en plus nombreux mais CORA reste le partenaire principal.

Si le CLM s’est doté de moyens relativement importants pour vivre en nationale, c’est pour y rester. Notre budget a triplé en quelques saisons avec l’aide de nos partenaires et l’implication de nos dirigeants notamment dans l’organisation de ARTISSIMO un salon de l’artisanat qui connaît un grand succès populaire.

2001 voit un nouveau tournant du club. Fayçal KIOUR parti pour le DBHB, un nouvel entraîneur est recruté en la personne de Jean-Claude LARRIERE. Plusieurs joueurs « mercenaires » arrivent de France et de l’étranger. C’est le début d’une saison catastrophique qui démontrera que les moyens doivent être beaucoup plus importants pour jouer dans la cour et comme les grands. LARRIERE est remercié et le pompier MOREAUX vole au secours de l’équipe. Ce qui ne sera pas suffisant puisque la descente tant redoutée est au bout d’une saison galère.

Cette cuisante déconvenue a pour effet une remise en cause positive de la politique de développement du club. Il faut savoir tirer la leçon de ses erreurs.

Le club recrute un technicien permanent dans le cadre des emplois aidés « emploi jeunes ». Ulrich CHADUTEAUD sera chargé de mener à bien le projet de développement du club. Après bien des interrogations, le CLM conserve sa place en Nationale 3. L’équipe sera dirigée par le duo MOREAUX-CHADUTEAUD.

« La force tranquille » comme a titré Le Bien Public, Ulrich CHADUTEAUD a pour tâche l’animation technique, la formation des dirigeants et le développement quantitatif et qualitatif du club. Ses interventions en milieu scolaire vont dynamiser ce secteur. L’école de handball se développe chaque année en peu plus et l’action est récompensée par l’attribution du label fédéral.

Les équipes de jeunes désormais bien encadrées et mieux entraînées se distinguent et les moins de 18 ans accèdent, en 2005, au niveau championnat de France jeune.

La politique axée sur les jeunes voit son aboutissement avec l’équipe fanion essentiellement composée de joueurs de moins de 25 ans d’autant plus qu’un accord de fonctionnement est signé entre les clubs de DIJON, LONGVIC et MARSANNAY. Pour la première fois, un jeune du club Adrien DI PANDA intègre l’équipe de France jeune masculine et en juin 2006 signe à MONTPELLIER, champion de France en titre.

Un nouvel évènement se produit fin 2007 avec le départ d’Ulrich CHADUTEAUD pour le DBHB, ce qui a pour conséquence, entre autres, de faire voler en éclat la pseudo association avec les clubs dijonnais et longvicien. Les rênes de l’équipe 1 sont confiées à Vincent LIOT, assisté de Arnaud GUILLEMIN. A noter que ces entraineurs, comme beaucoup d’autres depuis, suivent des formations Brevet d’Etat et/ou fédérales prises en charge financièrement par le club.

D’ailleurs, cela a une répercussion sur les équipes de jeunes, notamment car les efforts commencent à payer et les résultats sont au rendez-vous. Depuis 2004, pratiquement toutes les équipes de jeunes évoluent dans les niveaux hauts des championnats respectifs.

Les stages de début de saisons se décentralisent : Alsace, Auvergne, Hautes Alpes, ce qui contribue à une bonne ambiance et permet à l’équipe première de partir sur de bons pieds.

En 2007, une quinzaine de personnes, au moins, œuvre dans l’organisation du Mondial féminin 2007 dont une poule du tour principal est confiée à la Ligue de Bourgogne.

Samy EL JAMMAL succède à Ulrich, comme directeur sportif du club, dans le cadre d’un emploi aidé. Les interventions en milieu scolaire deviennent systématiques dans toutes les écoles primaires de la commune. Mais, l’évènement en la matière, c’est l’ouverture d’une classe handball au collège Marcel Aymé avec la signature d’une convention entre le collège, le club, la ville et la ligue.

Le club est labellisé pour la cinquième fois consécutive. Le CLM, présidé par Jean RENARD depuis 2002 se dote d’une nouvelle organisation en adoptant des statuts particuliers pour laisser une autonomie quasi totale à chacune de ses sections.

La saison 2008 / 2009 sera fatale aux joueurs de Vincent LIOT. Après quatorze saisons en National et un dernier championnat difficile à gérer, le club redescend en Pré national. C’est un coup dur pour tous, joueurs et dirigeants qui se sont beaucoup investi pour conserver ce niveau. Mais cela n’entame en rien le moral des troupes. Tous sont décidés à fournir de nouveaux efforts pour la remontée.

La structure d’encadrement se renforce, en 2009, avec l’arrivée de Romain BEGIN qui bénéficie d’un emploi sport aidé. Il vient épauler Samy dans sa mission au niveau des jeunes et des scolaires. Encore une nouveauté au club qui installe, entièrement à ses frais et avec l’accord de la municipalité, une salle de musculation dans l’enceinte du gymnase G.Enselme.

La saison régionale est bonne, mais le classement n’est pas à la hauteur des ambitions du club. L’équipe 1 termine à la quatrième place et seulement deuxième. La Ligue propose à MARSANNAY d’accéder en remplacement du club lauréat mais défaillant. Il vaut mieux tenir que courir, même si l’inquiétude subsiste. L’équipe est-elle suffisamment armée pour ce niveau alors qu’elle se préparait à une nouvelle saison en régionale ! D’autant plus que Vincent LIOT quitte le groupe pour des raisons personnelles. Le Bureau Directeur prend un pari audacieux en confiant l’équipe à Samy EL JAMMAL encore débutant dans le handball, mais titulaire des diplômes requis.

Et c’est la surprise car l’équipe fait mieux que se défendre en enchaînant les victoires de début de saison. L’arrivée de Alexandre GERMAIN, le retour de Florian BAULOT, Artem PROVORNIKOV, l’éclosion de Damien TIRNIAC, l’aide précieuse de Fabien GUYOT permet au groupe de se former, même si deux ou trois défaites coûtent la première place au classement. « Des objectifs revus à la hausse » – « Et s’ils le faisaient » titre le journal LE BIEN PUBLIC. Le CLM surprend son monde d’autant que l’équipe ne faiblit pas trop, malgré un passage à vide hivernal avec blessures et suspensions.

Pour son retour en national 3, le CLM termine à la première place, ex aequo avec EPINAL et GRAY, mais battu au goal average. Le club ne montera pas mais il ne vaut peut-être mieux pas brûler les étapes.

Ce bon résultat a tendance à masquer le bon travail des autres équipes de jeunes et des dirigeants dans tous les secteurs, techniques et organisationnel. Le club compte 187 adhérents, un record depuis la création du club qui fête, en 2011, sa quarantième saison.

Un évènement qui sera marqué en première partie, les 4 et 5 juin, de plusieurs manifestations festives.

La saison 2011/2012 sera la bonne. L’accession en N2 est confirmée, même si la première place de la poule nous échappe. L’équipe 2 termine championne de Bourgogne en Excellence mais son accession en Prénationale est refusée pour défaut d’arbitrage. Le résultat d’ensemble est très bon. Toutes les équipes terminent dans les quatre premières places de leur championnat respectif, hormis les < 18 ans qui ont cependant évolué en catégorie interrégionale. Ce résultat d’ensemble est salué de la remise du trophée MARSASPORT de l’OMS.

Une nouvelle aventure en Nationale 2 démarre sous la conduite de Samy EL JAMAL. De nouveaux joueurs arrivent en 2012 : CHATELET, CARLE, MATRUCHOT, Loïc MARMIER, LACROUTE donnant une solide ossature à un groupe prêt à en découdre chaque week-end. Mais la reprise est difficile et il faudra beaucoup de volonté pour accrocher le maintien. En féminine, c’est la saison de l’exploit : les filles du CLM sont qualifiées pour la finale de la coupe de Bourgogne. Bons résultats d’ensemble des équipes de jeunes.

« MARSANNAY devient ambitieux » titre le Bien Public. Le départ de Kevin OBERT est compensé par l’arrivée de Benjamin MARMIER et Pierrick ROBERT (DBHB), Mickael DELANNOY (SEMUR). Samuel AULAS assistera Samy EL JAMAL. En coupe de France, le CLM 1 sort BELFORT au troisième tour et échoue de peu au quatrième face à VILLEFRANCHE. Maintien en fin de saison et les filles sont championnes de Côte d’Or.

« Toutes les cartes en main ». Le club continue son recrutement quatre étoiles. Malgré le départ de CHATELET et MATRUCHOT, le club enregistre l’arrivée de deux joueurs de haut niveau PARENT et PORTEFAIX (DBHB), mais aussi de LEBLANC, DESCHAMPS (DOLE) et de PICARD (TREMBLAY). Le démarrage est bon tout comme l’équipe réserve en Préfédérale. Les filles s’offrent un quart de finale de coupe de France à CLERMONT-FERRAND.

Mais cette saison sera marquée d’une pierre noire avec le décès de son fidèle et infatigable dirigeant, Claude FOURCOT, actuel président du Comité de Côte d’Or de Handball. Il aura œuvré toute sa vie pour le handball surtout en matière d’arbitrage. « Un dirigeant de la première heure mais avant tout un ami avec qui j’ai beaucoup partagé » écrira le président Jean RENARD.

Les saisons se suivent et se ressemblent marquées par quelques belles performances en coupe de France mais sans exploits retentissants. De nouvelles têtes arrivent : LACENAIRE en 2015. CORA est toujours sponsor N° 1 du club qui se dote d’une commission sponsoring efficace avec de nombreux rendez vous partenaires tout au long de la saison.

Une nouvelle fois, les filles sortent de coupe de France en 1/4 de finale à ANDREZIEUX malgré la présence de nombreux supporters. Palpitant jusqu’à la fin du championnat, notre équipe continuera en N2 mais sonne le glas de l’entraineur. Samy EL JAMAL aura fait ses armes au club et acquis une expérience solide consolidée par un succès dans sa formation d’entraineur fédérale adulte, lui permettant ainsi de présider à la destinée de clubs du plus niveau. Il accepte le poste d’entraineur de ST GRATIEN SANNOIS (D2) tout comme l’aura fait à un autre temps Ulrich CHADUTEAUD avec le DMH. MARSANNAY conforte sa prestation de club formateur pour les joueurs comme pour les entraineurs;

Saison 2016/2017. Mohamed KIOUR succède à Samy EL JAMMAL. Il sera secondé par Bruno CARLOS qui dirigera la réserve. Cette saison, le groupe 1 sera encore riche malgré le départ de Sam CARLE avec l’arrivée de DASSONVILLE (BEAUNE), HOUILLON et CUVELIER (CHALON), DORNOIS, HENRY, FOUGERE, VINCENT (père et fils). Les déplacements seront importants (ISTRES et AVIGNON par exemple) mais intéressants.

Le CLM lance le premier tournoi national jeune Le Pâq’Tara lors du week-end de Pâques. C’est un succès immédiat et l’équipe de PONTAULT COMBAULT remporte cette première édition qui sert de stage régional d’arbitres avec la participation d’une paire helvète.

Saison 2017/2018. Mohamed KIOUR fait le choix de la stabilité. Avec une grosse présence de clubs bourguignons et Francs Comtois (12 derbies), le CLM n’affiche que trois recrues : BURNICHON (BEAUNE), LEBESQUE (MOUGINS) et RELOT (DBHB) pour deux départs BAULOT (LONGVIC) et HOUILLON (BEAUNE). Après un stage de préparation à HAUTEVILLE, le CLM a encore un départ difficile avant de retrouver de la solidité pour à nouveau se maintenir en N2.

La section Loisir crée depuis 3 années apporte une certaine fraicheur au club et s’inscrit dans la durée en organisant un tournoi de fin de saison et accueillant son homologue de BRIE COMTE ROBERT. Le second tournoi le PAQ’TARA voit la victoire de METZ. Le club assure avec succès la buvette de l’Ultra Trail de la Côte d’Or et les joueurs séniors s’illustrent dans la création d’un lucratif concours de pétanque.

Connectez-vous à votre compte ci-dessous

Remplissez le formulaire ci-dessous pour vous inscrire

Récupérez votre mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse email pour réinitialiser votre mot de passe.